Massage tibétain Ku-Nye

Vieille de 8000 ans, la médecine tibétaine est un savoir ancestral qui puise ses sources à l'âge de pierre, dans l'observation de la nature (capacité de certains animaux à se soigner eux-mêmes en choisissant des herbes et plantes aux vertus bénéfiques pour eux) et la découverte de la circulation énergétique grâce à la méditation pratiquée par les premiers yogis.

 

Tout d'abord portée par la tradition orale, la médecine tibétaine pose ensuite par écrit ses premiers textes fondateurs : le Bum Shi (vieux de 3900 ans) et le Gyu Shi. Ce dernier représente les quatre tantras de la médecine tibétaine qui ont enrichi le Bum Shi au VIIIe siècle.

 

La médecine traditionnelle tibétaine est constituée de trois arbres (piliers), qui se déploient chacun en plusieurs branches. Le massage Ku-Nye se rapporte au troisième arbre, et fait partie de la quatrième branche, qui comprend l'ensemble des thérapies dites externes.

 

La pratique du Ku-Nye s'apparente à un rituel, une cérémonie, dans laquelle la préparation d'huiles spécifiques et leur application sur le corps occupent une part importante (onction génératrice de chaleur) : c'est la phase Ku, qui comprend également la mobilisation des articulations de la tête aux pieds.

Vient ensuite la phase de traitement des muscles (étirements et tapotements) et des points critiques du corps (pressions), c'est le Nye.

Et pour clore le massage, la phase Phyis au cours de laquelle on retire l'excédent d'huile et élimine les toxines, par l'application de farine de pois chiche (de caroube ou de pois cassé).

 

Chaque geste, chaque mouvement se réalise en pleine conscience, dans un état méditatif où la respiration tient une place prépondérante, de même que l'adoption de postures justes et fluides, afin de favoriser la circulation énergétique entre le massant et le massé.

 

Les différentes techniques s'appuient sur les 5 éléments eau, feu, terre, air et éther, ce qui en fait un massage complet, holistique, d'une très grande richesse car il agit tant sur le plan physique (ancrage, centrage, élimination des toxines) que sur le plan psychique et spirituel (ajustement émotionnel, éveil de la conscience, sérénité, réalisation de soi...).

Il permet alors de lever les blocages de diverses origines et natures pour restaurer élan, vitalité, santé (activation du chi par les méridiens et harmonisation des chakras) ou de jouer un rôle préventif dans l'apparition de maladies.

 

Ce massage convient à tous, sauf dans les pathologies cancéreuses, cardiaques et circulatoires.

Thangka de médecine tibétaine : les racines de la santé et de la maladie
Thangka de médecine tibétaine : les racines de la santé et de la maladie